Le conseil de surveillance.

Sous la présidence de Monsieur Martial Saddier, Député-Maire de Bonneville
et la vice-présidence de Monsieur Christian Dupessey, Maire d’Annemasse,
il se compose :
 

de membres représentant les collectivités territoriales (Conseil Municipal, Conseil Général, Conseil Régional),
de membres désignés par la CME, par la Commission du Service de Soins Infirmiers et par les représentants du personnel,
de membres nommés par le Préfet,
de membres représentant les usagers : Mr Norbert Nicolau (UDAF-74), Mr Jan Marc CHARREL (France Rein 74).
Le directoire.

C’est un organe décisionnel et collégial.
Il est placé sous :

 

la présidence du Directeur Général, Mr Bruno Vincent
et la vice-présidence du Dr Claude Laé, président de CME.

 

Les directions fonctionnelles du CHAL

 

Commission Médicale d'Etablissement (CME)
La CME est consultée et informée, notamment sur les orientations stratégiques de l’établissement, son plan de financement, la politique de recrutement des emplois médicaux.

Elle contribue à l’élaboration de la politique d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins ainsi que des conditions d’accueil et de prise en charge des usagers.

Elle est chargée d’élaborer le projet médical.

En savoir plus

En savoir plus

Comité Technique d'Etablissement
Instance consultative, le comité technique d’établissement associe les personnels hospitaliers à la gestion de l’établissement.

Il est composé de représentants élus du personnel non médical relevant du statut de la fonction publique hospitalière.

Il est amené à émettre des avis et des vœux sur toutes les questions ayant trait à l’organisation et au fonctionnement de l’hôpital.

CHS-CT
le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs ainsi qu’à l’amélioration des conditions de travail.

Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail sur le site du ministère

Commission des Soins Infirmiers
La commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-Techniques est consultée sur l’organisation générale des soins, la recherche dans le domaine des soins infirmiers, l’évaluation de ces soins et l’élaboration d’une politique de formation.
Commission des Usagers
Accéder à La Commission des Usagers (CDU) en cliquant ici.

Comité de gestion des signalements
Le comité de gestion des signalements se réunit régulièrement pour faire l’analyse des évènements indésirables et faire le lien avec les professionnels pour mettre en place les actions correctrices.
Comité Local d'Ethique
L’éthique, c’est quoi ?
C’ est l’étude théorique des principes qui guide l’action humaine dans les contextes ou le choix est possible, vise à répondre à la question  « Que faire pour bien faire ? »
Réflexion qui vise à déterminer les règles du bien agir en tenant compte des contraintes relatives à des situations déterminées.
Elle établit les critères pour agir librement dans une situation pratique et faire le choix d’un comportement dans le respect de soi même et d’autrui.

en savoir plus

Au CHAL, le Comité Local d’Ethique, c’est :
– Une instance à votre service
– Une réponse aux demandes des professionnels destinée à faciliter leur prise de décision
– Une sensibilisation  aux questions éthiques au sein de l’institution.

Présidé par le Dr André Dartiguepeyrou (médecin gériatre),
le Comité Local d’Ethique a pour missions :
– Favoriser la connaissance, la diffusion et la mise en oeuvre de la charte de la personne hospitalisée
– Améliorer la communication et la prise de décision au sein des équipes de professionnels
– Répondre aux demandes des professionnels en leur apportant un éclairage multidisciplinaire destiné à faciliter leur prise de décision
– Débattre des situations pour guider les cliniciens dans leurs décisions
– Emettre des recommandations dans les domaines où des conflits d’ordre éthique sont présents
– Augmenter la sensibilité aux questions éthiques dans l’institution.

Votre situation, une singularité :
Les questions indispensables que se pose l’équipe soignante  :
– La décision envisagée est-elle légale ?
– Est-elle respectueuse du patient ? des autres acteurs de la situation ?
– Est-elle conforme aux intérêts généraux et à la mission de l’établissement ?
– Peut-elle être aisément communiquée et généralisée ?
– Serait-elle acceptable si la personne concernée était un proche ?

La décision retenue sera évaluée tout au long de votre parcours.

Votre réflexion en tant que patient, un intérêt constant
– Respect de ma volonté de patient quant au  traitement proposé
– Respect de ma capacité de discernement
– Prise en compte et respect de ma décision
– Puis je à tout moment changer de décision ?
– Le contrat de confiance sera-t-il respecté ?
– Les Directives Anticipées, une expression de votre volonté

 

*******************************************************
LES DIRECTIVES ANTICIPEES
– Une démarche éthique de respect et de protection du patient.
– Une démarche de concertation et de dialogue entre les soignants et le patient.

Qu’est-ce que c’est ?
– C’est un document officiel qui permet d’exprimer, si vous en ressentez le besoin, votre volonté, quant à votre fin de vie.
– Vous pouvez y écrire ce que vous souhaitez ou pas en terme d’examens ou de traitements.

Quels sujets aborder ?
– Votre attente face à la douleur et à ses traitements
– Le souhait ou le refus de certains traitements et/ou interventions chirurgicales et/ou examens invasifs
– L’alimentation et l’hydratation artificielles
– Les mesures de réanimation
– Les personnes auxquelles communiquer des informations médicales
– L’accompagnement spirituel souhaité
– La désignation de votre personne de confiance

Mais, il n’est pas possible de :
– Formuler une demande illégale : (demande d’euthanasie)
– Prétendre à des traitements non reconnus
– Mentionner des positions testamentaires

A quoi servent les directives anticipées ?
– Dans l’hypothèse où vous ne seriez plus en mesure d’exprimer votre volonté, elles permettent à l’équipe soignante et notamment au médecin de connaître vos souhaits quant à la limite ou l’arrêt des traitements qui vous sont dispensés.
– Le médecin reste libre d’apprécier les conditions dans lesquelles il convient d’appliquer vos directives compte tenu de votre état clinique et de l’éventuelle évolution des connaissances médicales.

Durée de validité des directives anticipées
– Elle est de 3 ans à compter de leur date de rédaction, au terme desquels il est nécessaire de les renouveler.
– Les directives anticipées sont révocables à tout moment par le patient sans formalité administrative.

Modification ou annulation des directives anticipées
– A tout moment, il est possible de revenir sur ses décisions soit en les modifiant, soit en les adaptant.
– Elles resteront valables à nouveau pour une durée de trois ans à compter de la date de rédaction.

A qui les donner ?
Les directives anticipées doivent être aisément accessibles à tout médecin qui doit les consulter notamment dans le cadre de la prise de décision d’une limitation ou d’un arrêt de traitement.
Conservation possible, au choix de la personne concernée :
– dans le dossier d’un médecin de ville qu’elle désigne (médecin traitant ou non)
– en cas d’hospitalisation, dans le dossier médical de l’établissement
– ou conservation par leur auteur, la personne de confiance, ou à défaut, par un membre de la famille ou un proche.

Comité de lutte contre les infections nosocomiales
Le comité de lutte contre les infections nosocomiales organise la surveillance et la prévention des infections nosocomiales au sein de l’établissement.

Cette instance s’attache à lutter contre des infections contractées par les patients durant leur hospitalisation et le développement des germes pathogènes.

Comité de lutte contre la douleur
Les responsabilités du CLUD sont :

de proposer, pour améliorer la prise en charge de la douleur, les orientations les mieux adaptées à la situation locale ; elles doivent figurer dans le projet d’établissement ;

de coordonner au niveau de l’ensemble des services toute action visant à mieux organiser la prise en charge de la douleur ;

d’aider au développement de la formation continue des personnels médicaux et paramédicaux de l’établissement ;

de susciter le développement de plans d’amélioration de la qualité pour l’évaluation et le traitement de la douleur.

En pratique, les CLUD coordonnent les actions, recueillent les informations cliniques et les besoins de l’établissement, afin de proposer une stratégie cohérente et adaptée devant aboutir à la prise en compte effective de toutes les douleurs.