« Un coeur qui bat, un coeur sans tabac », c’est le slogan que le Comité de Prévention du Tabagisme a proposé pour sensibiliser les usagers et le personnel du CHAL au lien entre le tabac et les cardiopathies et autres maladies cardiovasculaires.

Ci-dessous quelques éléments soulignant ce lien :

– Fumer est la deuxième cause principale de maladie cardiovasculaire, après l’hypertension artérielle.
– Fumer fait souffrir les artères, provoquant des spasmes artériels (rétrécissement brutal du calibre de l’artère par une contraction de sa paroi) potentiellement mortels.
– Fumer influe sur la coagulation du sang, favorisant, entre autres, la formation de caillots et donc le déclenchement potentiel d’un infarctus, d’une phlébite ou d’un accident vasculaire cérébral.
– Fumer provoque l’inflammation des vaisseaux sanguins, phénomène qui provoque également la formation de caillots.
– Fumer diminue le taux de bon cholestérol, ce qui est un facteur de risque à long terme pour le système cardio-vasculaire.
– Fumer influe sur le comportement alimentaire : La perte relative du goût et de l’odorat liée au tabagisme favorise l’attirance du fumeur pour des aliments plus goûteux, souvent beaucoup plus gras, renforçant le risque cardio-vasculaire.

– 80% des victimes d’infarctus avant 45 ans sont fumeurs.
– A partir d’une cigarette par jour, le coeur et les artères sont en danger.
– La tension peut passer de 14/9 à 15/10 du fait d’une seule cigarette.
– Le risque d’AVC est multiplié par 2 chez les jeunes fumeurs et par 4 chez les femmes qui prennent la pilule.
– Une cigarette augmente de 40% le rythme cardiaque (de 80 à 182 battements par minute).

 

 

De gauche à droite : trois étudiants infirmiers de l’IFSI d’Annemasse, Dr Mariana Popa (additologue), Dr Dominique Bernet (cardiologue), Emilie Bourguignon (psychologue d’ELSA*), Laurence Estermann (infirmière d’ELSA*) *ELSA : Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie (Tel. 04.50.82.29.21)