De gauche à droite : Gilles THEVENARD, Jan-Marc CHARREL et Serge PETITJEAN (Membres bénévoles de France Rein 74), Dr Mathilde HUET (Néphrologue CHAL), Didier RENAUT( Directeur CHAL), Dr Philippe NICOUD (Néphrologue CHAL, Référent BBRAUN)

 

Cette journée de dépistage des maladies rénales a été initiée et organisée par l’association France Rein (www.francerein.org) Haute-Savoie, représentée par Mrs Jan-Marc CHARREL, Michel DUBOIS, Serge PETITJEAN et Gilles THEVENARD.
A leurs côtés, les professionnels du CHAL : l’équipe de néphrologie et d’hémodialyse et le service de santé au travail.

Au cours de cette journée au CHAL, 102 dépistages ont été effectués (88 en 2018).

 

Pourquoi se faire dépister ?

La maladie rénale est dite « silencieuse » car elle ne se manifeste par aucun symptôme perceptible. C’est généralement à un stade très avancé de la maladie que l’on se rend compte que l’on est malade. Aujourd’hui en France, plus d’un tiers des personnes entrent en urgence en traitement de suppléance, greffe ou dialyse*.

 

Un dépistage précoce permet une prise en charge appropriée qui ralentira, voire stoppera, l’évolution vers une insuffisance rénale dite « terminale » (lorsque les reins ne fonctionnent plus du tout). Or encore chaque année, environ 11 000 personnes (+2 % /an) apprennent qu’elles souffrent d’une insuffisance rénale chronique. Le coût humain de l’insuffisance rénale chronique, en termes de qualité de vie, et son coût financier pour la communauté (l’Assurance-maladie avait établi ce coût à plus de 4 milliards en 2007) sont gigantesques. La Semaine nationale du Rein est donc plus que jamais nécessaire.

 

Comment prendre soin de ses reins ?

– Avoir une alimentation équilibrée permet d’éviter le surpoids. L’obésité est un facteur qui favorise la maladie rénale.
– Lutter contre la sédentarité grâce à une activité physique adaptée à son âge.
– Boire la quantité d’eau adaptée à ses besoins (au moins 1,5 litre par jour) répartie sur la journée, afin de faciliter le travail de vos reins.
– Arrêter de fumer.
– Ne pas manger trop salé, car l’excès de sel favorise l’hypertension. Attention à la surconsommation de plats tout prêts du commerce
– Attention aux substances qui peuvent être toxiques ! L’aspirine, les anti-inflammatoires non-stéroïdiens comme l’ibuprofène peuvent être toxiques pour le rein lorsqu’ils sont utilisés à forte dose ou à long terme. N’abusez pas des laxatifs et des diurétiques. Evitez les herbes dites « soignantes » et plus généralement tout produit dont la composition n’est pas clairement identifiée. L’excès de protéine (oeuf, viande, poisson) « fatigue » le rein et, à terme, l’abîme. Méfiez-vous donc des régimes hyper-protéinés.

QUELQUES CHIFFRES

En 2015* en France, 11 000 personnes sont arrivées au stade dit « terminal » de l’insuffisance rénale et ont dû débuter un traitement de suppléance.
Environ 46 000 personnes sont dialysées ; 36 000 personnes sont greffées.
* Données du registre REIN au 31/12/2015

Pour en savoir plus : www.francerein.org/la-semaine-du-rein/2019